« LA MÉDIATION, ÇA SERT À RIEN… »

Avez-vous déjà entendu cette petite phrase, de la bouche d’un enfant, d’un ado ou d’un adulte ?
Moi, oui, à plusieurs reprises… Parce que, oui, la médiation ne fonctionne pas au même rythme que les relations ordinaires dont nous sommes pétris depuis des générations et des générations : relations jugeantes, autoritaires, arbitraires, exigeantes, tranchantes, punitives… Le laps de temps écoulé entre le délit, ou le problème, et sa réponse est, dans ce cadre, beaucoup plus rapide. Comme le permet le conseil de justice du modèle Sudbury : la sanction est posée sans délai, et la personne doit s’y soumettre. Exemple : « tu as transgressé les règles de calme et de rangement dans la médiathèque, tu n’y as plus accès pendant 2 semaines ». C’est clair, sans détour, immédiat… Et je sens bien que, parfois, certains d’entre nous, quelque soit notre âge, seraient tentés par cette « efficacité » susceptible d’apaiser le feu de l’agacement qui couve intérieurement…
Oui mais…
Le temps et l’espace d’écriture me manque pour vous exprimer à quel point ces relations superficielles nous ramènent à celles dont nous voulons sortir : la relation de domination. Pour aller de plus en plus vers la relation emphatique, la relation sans perdant ni victime ni bourreau ni sauveur, la relation qui tient compte de ce que vit chacun, en profondeur, et lui donne la chance d’élever la conscience de soi, des autres, du monde. Car c’est ce dont sont témoins (et acteurs) les médiateurs : l’efficacité à long terme d’un espace non jugeant qui permet de se déposer en toute sécurité, quoi que l’on ait fait, pour mieux se rencontrer et se transformer. Pour rien au monde je ne pourrais renoncer à cela, et je pourrais vous raconter déjà 100 anecdotes nourrissantes sur les bienfaits de la médiation. Me croyez-vous ?
Passer d’une relation punitive ou dominante, à une relation de médiation CNV, c’est là le véritable changement de paradigme. C’est un changement de culture ! Et l’on ne change pas une culture en un claquement de doigts… Cela prend du temps, demande de la persévérance ! Et le rythme de la conscience et de la transformation personnelle n’est pas le rythme de l’efficacité qu’attendrait la part de nous qui veut des résultats immédiats. Effectivement, la médiation n’est pas la Cour des Miracles. Elle demande de la détermination, de la répétition, de l’investigation, de la volonté. Car il faut aller au-delà des apparences pour se consacrer pleinement à l’être, mettre en lumière ce qui l’agit.
Regardons, dans l’histoire collective, le temps qu’il faut pour qu’une nouvelle culture puisse s’imposer.
Peut-être pouvons-nous avoir ce même regard, cette même indulgence, concernant le hameau des buis et ses échecs relationnels ? Nous avons essayé. Nous sommes tombés. Nous nous relèverons, peut-être pas tous ensemble… Mais ce qui est sûr, pour ce qui me concerne, c’est que je ne peux plus renoncer à ce qui est devenu ma raison d’être : un accompagnement des enfants au service et à l’écoute de ce qu’ils sont vraiment, de leur vérité, de leur liberté.
Merci par avance pour votre soutien, lorsque vous entendez la fameuse phrase « La médiation, ça ne sert à rien… » Merci de rappeler que notre histoire individuelle et collective ne s’est pas encore approprié cette nouvelle culture, que son rythme est différent, que les résultats se goûtent sur le long terme, et que nous avons besoin de la confiance et de la contribution de chacun.
Et peut-être y a-t-il encore d’autres choses à entendre derrière cette petite phrase…?

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez-nous et recevez les dernières informations de l'Université Vivante

Votre inscription a bien été prise en compte

Pin It on Pinterest

Share This