Avec le temps, j'ai réalisé qu'il n'y avait pas de solution facile à ce problème, parce que la faculté de médecine ressemble beaucoup plus à une école de métiers qu'à une école de formation scientifique, et la question de savoir combien de sciences et sous quelle forme elles devraient être enseignées sont des questions difficiles qui vont au coeur de l'éducation médicale et ce que cela signifie d'être un bon médecin. De toute évidence, je crois que, entre autres choses, un bon médecin doit avoir recours à une pratique fondée sur la science, mais comment l'éducation médicale y parvient-elle ? C'est l'une des raisons pour lesquelles je suis à la fois consterné et intrigué par un programme à l'École de médecine du mont Sinaï pour lesétudiants en sciences humaines qui veulent entrer à l'école de médecine sans les sciences dures. C'est un programme qui a été écrit dans le New York Times mercredi dernier dans un article intitulé Getting Into Med School Without Hard Sciences, et dont les résultats ont été publiés dans Medical Academia sous le titre Challenging Traditional Premedical Requirements as Pictors of Success in Medical School : Le Programme des sciences humaines et de médecine de l'École de médecine de l'Université Mount Sinai.